Les critères du tourisme durable


comment

Tous les hôtels, ecolodges, gîtes et tours opérateurs présents sur ce site ont été rigoureusement sélectionnés pour leur engagement pour la planète. La plupart bénéficient de labels du tourisme durable ou de récompenses obtenues dans leurs pays respectifs.

Ils respectent tous les principes suivants :

  • Offrir une prestation de qualité et s’assurer de la satisfaction des visiteurs
  • Proposer des hébergements à taille humaine et qui s’intègrent au mieux dans le paysage.
  • Favoriser les emplois locaux et une participation au bien-être des populations locales (financement d’une partie des écoles, etc).
  • Réduire au maximum leurs impacts sur l’environnement (maîtrise des diverses sources de pollution, énergies renouvelables, etc), voire créer des bénéfices directs pour la protection de la nature (financement des projets de reforestation, de protection de la faune et de la flore, d’éducation à l’environnement etc.)
  • Mettre en valeur les spécificités de leur patrimoine
  • Sensibiliser les voyageurs aux petits gestes qui font la différence…

Voyagespourlaplanete.com est le seul organisme français impliqué dans la mise en place des Critères Mondiaux pour le Tourisme Durable.

gstc

Critères Mondiaux de Référence pour le Tourisme Durable

A.    Démontrer l’efficacé d’un management durable.

A.1.    L’entreprise a mis en place un système de management de la durabilité à long terme convenant à sa réalité et sa taille, et qui convient.

A.2.    L’entreprise agit en conformité avec toutes les lois et règlements (y compris entre autre, de la santé, la sécurité, du travail, et les aspects environnementaux).

A.3.    Tous les membres du personnel reçoivent une formation en ce qui concerne leur rôle dans la gestion des pratiques environnementales, socioculturelles, de santé et de sécurité.

A.4.    La satisfaction du client est mesurée et des mesures correctives sont prises si nécessaire.

A.5.    Les documents promotionnels sont exacts et complets et ne promettent pas plus que  ce que l’entreprise peut délivrer.

A.6.    Conception et construction de bâtiments et d’infrastructures:

A.6.1.    respecter les exigences des zones protégées et de patrimoine;

A.6.2.    respecter le patrimoine naturel et culturel lors de l’implantation, la conception, l’évaluation d’impact, et les droits fonciers et d’acquisition;

A.6.3    utiliser des principes localement appropriés de construction durable;

A.6.4    assurer l’accès pour les personnes ayant des besoins spéciaux.

A.7.    Informations et interprétation sur l’environnement naturel, la culture locale, et le patrimoine culturel sont fournies aux consommateurs, ainsi que les explications de comportement approprié lors des visites de zones naturelles, de cultures vivantes, et des sites du patrimoine culturel.

B.    Maximiser les avantages sociaux et économiques pour la communauté locale et minimiser les impacts négatifs.

B.1.    L’entreprise soutient activement les initiatives pour le développement social et l’infrastructure communautaire, y compris, entre autres, l’éducation, la santé et l’assainissement.

B.2.    Les résidents locaux sont employés, y compris aux postes de direction. Une formation est offerte selon les besoins.

B.3.    Des biens et des services locaux et issus du commerce équitable sont achetés, dans la mesure du possible, par l’entreprise.

B.4.    L’entreprise offre les moyens pour le développement et la vente des produits des petits entrepreneurs locaux basés sur la nature, l’histoire et la culture locale (y compris la nourriture et les boissons, l’artisanat, les arts vivants, les produits agricoles…).

B.5.    Un code de conduite pour les activités conduites dans les communautés autochtones et locales a été élaboré, avec le consentement et en consultation avec les communautés.

B.6.    La société a mis en œuvre une politique de lutte contre l’exploitation commerciale, en particulier des enfants et des adolescents, y compris l’exploitation sexuelle.

B.7.    La société est équitable dans le recrutement des femmes et des minorités locales, notamment dans des postes de direction, tout en limitant le travail des enfants.

B.8.    La protection juridique internationale ou nationale des salariés est respectée, et les employés sont payés un salaire minimum.

B.9.    Les activités de la société ne remettent pas en cause la fourniture des services de base comme l’eau, l’énergie ou l’assainissement pour les communautés voisines.

C.    Maximiser les avantages du patrimoine culturel et de minimiser les impacts négatifs.

C.1.    La société suit des lignes directrices établies ou un code de comportement pour les visites de sites culturellement ou historiquement sensibles, afin de minimiser l’impact des visiteurs et de maximiser le plaisir.

C.2.    Les objets historiques et archéologiques ne sont pas vendus, échangés ou affichés, sauf dans les conditions permises par la loi.

C.3.    L’entreprise contribue à la protection des biens et sites historiques, archéologiques, culturels, spirituels locaux, et n’entrave pas leur accès pour les résidents locaux

C.4    L’entreprise utilise des éléments de l’art local, de l’architecture ou du patrimoine culturel dans ses opérations, la conception, la décoration, la nourriture ou les magasins, tout en respectant les droits de propriété intellectuelle des communautés locales.

D.    Maximiser les avantages pour l’environnement et minimiser les impacts négatifs.

D.1.    La conservation des ressources

D.1.1.    La politique d’achat favorise les produits respectueux de l’environnement, pour les matériaux de construction, les biens d’équipement, la nourriture et les consommables.

D.1.2.    L’achat des consommables et produits jetables est limité, et l’entreprise recherché activement les moyens de réduire leur utilisation.

D.1.3.    La consommation d’énergie doit être limitée, les sources indiquées, et des mesures visant à réduire la consommation globale devraient être adoptées, tout en encourageant l’utilisation des énergies renouvelables.

D.1.4.    La consommation d’eau devrait être limitée, les sources indiquées, et des mesures visant à réduire la consommation globale devraient être adoptées.

D.2.    La réduction de la pollution

D.2.1.    Les émissions de gaz à effet de serre provenant de toutes les sources contrôlées par l’entreprise sont mesurées, et les procédures sont mises en œuvre pour réduire et compenser, comme un moyen d’atteindre la neutralité climatique.

D.2.2.    Les eaux usées, y compris les eaux grises, sont traitées de manière efficace et réutilisées lorsque possible.

D.2.3.    Un solide plan de gestion des déchets est mis en œuvre, avec des objectifs quantitatifs pour réduire les déchets qui ne sont pas réutilisés ou recyclés.

D.2.4.    L’utilisation de substances dangereuses, y compris les pesticides, peintures, désinfectants de piscine et de nettoyage, est minimisée, et remplacée, le cas échéant, par des produits inoffensifs et tous les produits chimiques utilisés sont correctement manipulés

D.2.5.    L’entreprise met en œuvre des pratiques pour réduire la pollution par le bruit, lumière, le ruissellement, l’érosion, d’appauvrissement des composés détruisant la couche d’ozone, et de l’air et de contaminants du sol.

D3.    La conservation de la biodiversité, des écosystèmes et des paysages

D.3.1.    Les espèces sauvages sont uniquement récoltées dans la nature, consommées, affichées, vendues, ou échangées au sein du commerce international, dans le cadre d’une activité réglementée qui veille à ce que leur exploitation soit durable.

D.3.2.    Aucune faune n’est maintenue en captivité, sauf pour des activités correctement réglementées, et les spécimens vivants d’espèces sauvages protégées sont uniquement gardés par ceux qui sont autorisés et convenablement équipés pour les abriter et prendre soin d’eux.

D.3.3.    L’entreprise utilise des espèces indigènes pour l’aménagement paysager et la restauration, et prend des mesures pour éviter l’introduction d’espèces exotiques invasives.

D.3.4.    L’entreprise contribue au soutien de la conservation de la biodiversité, notamment en soutenant des aires naturelles protégées et les zones de haute valeur de biodiversité.

D.3.5.    Les interactions avec la faune  ne doivent pas produire d’effets négatifs sur la viabilité des populations dans la nature; et toute perturbation des écosystèmes naturels est réduite au minimum, remis en état et bénéficient de contribution compensatoire pour la gestion de la conservation.

Photo Pascal Languillon