Chamonix vers un tourisme responsable

L'Association Mont Blanc Ecotourisme aide l'industrie touristique de Chamonix à penser vert.

Photos et textes Voyagespourlaplanete.com

Enserrée entre les massifs montagneux des aiguilles Rouges et du mont Blanc, Chamonix partage, avec Saint-Gervais-les-Bains, le record de la commune ayant l’altitude la plus haute de France. Elle doit cette distinction à la présence sur son territoire du sommet le plus haut d’Europe : le mont Blanc qui culmine à 4 810 mètres. La commune est la mecque de l’alpinisme et des sportifs de montagne en général, le site du mont Blanc étant le 3e site naturel le plus visité au monde.

Mais là encore, la pression qu’exerce le tourisme sur le milieu naturel n’est pas anodine, et il devient urgent de prendre des mesures de réduction de ces impacts. C’est la raison pour laquelle l’Office du Tourisme de Chamonix a décidé de suivre l’exemple de celui de Megève, et s’est engagé à son tour dans une démarche de certification ISO 14001. « Avant, le problème, c’était les autres…. Maintenant on se rend compte qu’il faut aussi balayer devant notre porte », lance Bernard Prud’homme, directeur de l’Office de Tourisme de Chamonix. Avec 4200 lits hôteliers, il y a fort à faire pour réduire l’empreinte écologique du tourisme.

Pour Sylvain Coutterand, glaciologue, il est avant tout « urgent d’arrêter d’urbaniser et de donner des permis de construire ». Par contre, même si le recul du glacier est très net ces dernières années, le problème du réchauffement climatique n’est pas ici aussi aigu qu’ailleurs, car la station étant à haute altitude (1500 – 3800 m) reste toujours enneigée…

Sylvain Coutterand montre le recul du glacier

Regardez ci-dessous une vidéo qui présente en images la vallée blanche, avec une interview de Sylvain Coutterand :

Parmi les hôtels engagés dans une démarche environnementale, l’Hôtel Le Morgane se distingue par son approche très moderne de l’écologie. Selon son directeur, Romain Trollet, l’écologie appliquée à l’hôtellerie est aussi un formidable moyen de réduire les dépenses. « Je m’étonne vraiment que tout le monde ne s’y mette pas plus rapidement », dit-il.

D’autres hôtels de Chamonix suivent aujourd’hui cette voie, et s’insèrent dans la démarche globale qui relie maintenant Megève à Chamonix : la protection de l’environnement à travers l’Association Mont Blanc Ecotourisme, récemment créée afin de recenser les initiatives en matière de tourisme responsable dans la région, organiser des formations et du conseil pour accompagner ces démarches, et aboutir à une labellisation collective et à une communication sur ce thème. Une initiative exemplaire, qui on le souhaite sera couronnée de succès dans les mois à venir.

Lire l’interview de Tiphaine Breillot ici, et voir l’interview vidéo ci-dessous :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *