Eugenio Yunis, Organisation Mondiale du Tourisme

Directeur du développement durable à l'Organisation Mondiale du Tourisme

TROIS QUESTIONS A Eugenio Yunis, Directeur du développement durable à l’Organisation Mondiale du Tourisme

Pascal Languillon : Pouvez-vous nous expliquer quelles sont les actions de l’OMT pour favoriser le développement du tourisme durable ?

Eugenio Yunis : A l’OMT, on préfère parler de développement durable du tourisme que de tourisme durable, car c’est tout le tourisme qui doit devenir durable…Nous sommes aujourd’hui 5 personnes et demi à travailler sur ce thème à l’OMT (NDLR : sur 100 employés), et nos actions se concentrent principalement sur les activités de recherche, la publication de bonnes pratiques et de recommandations (une quarantaine d’ouvrages), et l’organisation de séminaires régionaux et nationaux sur le développement durable dans le tourisme. Nos clients sont les ministères et les administrations du tourisme, ils appartiennent à la sphère publique. Nous avons par exemple récemment participé à l’élaboration du Plan Directeur du Tourisme Durable de la Chine.

Pascal Languillon: Pourquoi existe-t-il ce besoin d’influencer le secteur public ? Se concentrer sur la réduction des impacts du secteur privé ne devrait-il pas être la priorité ?

Eugenio Yunis : Nos financements sont publics, et notre rôle est d’influencer en priorité la sphère politique et institutionnelle de chaque pays, avant qu’elle n’influence à son tour le secteur privé. De plus, le développement du tourisme a toujours pâti d’une mauvaise conception des politiques gouvernementales selon laquelle le tourisme se développe tout seul par les investissements privés. Or le tourisme a besoin de cadres réglementaires, d’une action politique forte et d’une action concertée. Nous voulons prouver aux gouvernements que le tourisme a un grand potentiel dans la réduction de la pauvreté, si son développement est bien encadré.

Pascal Languillon: Y’a-t-il un véritable développement de l’écotourisme aujourd’hui dans le monde ?

Eugenio Yunis : Il faut toujours se méfier des chiffres et des statistiques. On dit souvent que le tourisme est la première industrie du monde, or ce n’est pas vrai. Pour ce qui est du développement de l’écotourisme, tout dépend évidemment de la définition et de la mesure, mais si il est vrai que cette forme de tourisme se développe peu à peu, il est tout à fait faux d’avancer des chiffres tels qu’une progression de 20% par an au niveau mondial etc. Personne n’est en mesure de corroborer ces statistiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *