Pan Parks, la fine fleur des parcs naturels européens

Qui a dit qu’il n’y a plus de grandes zones naturelles préservées en Europe ? La fondation Pan Parks s’évertue depuis 1999 à prouver qu’il n’est nul besoin de partir en Afrique de l’Est ou aux Etats-Unis… … pour observer de grands carnivores et se retrouver immergé dans une nature immaculée. Née de la vision […]

 Qui a dit qu’il n’y a plus de grandes zones naturelles préservées en Europe ? La fondation Pan Parks s’évertue depuis 1999 à prouver qu’il n’est nul besoin de partir en Afrique de l’Est ou aux Etats-Unis… pour observer de grands carnivores et se retrouver immergé dans une nature immaculée. Née de la vision du WWF (Fonds Mondial pour la Nature) et d’une entreprise touristique hollandaise, Molecaten, la fondation Pan Parks est le premier organisme indépendant de certification des aires protégées. Zultan Kan, le directeur de la fondation, explique la raison principale de la création de Pan Parks par le fait que de nombreuses aires protégées européennes n’existent malheureusement que sur le papier. « La chasse, l’exploitation du bois et des minerais sont encore une réalité dans de nombreux parcs européens : la protection de la nature n’est jamais la priorité des gouvernements locaux. Une étude de WWF en 2000 a montré que la très grande majorité des Européens ne pouvaient même pas citer une seule aire protégée sur notre continent. Il est pourtant primordial que nous nous rendions compte de l’importance de notre patrimoine naturel. Pan Parks a pour but de changer la perception que nous avons de la nature en Europe, et d’améliorer la gestion des aires protégées. » Les critères de sélection des aires protégées labellisées Pan Parks sont stricts : une zone centrale de dix mille hectares sans aucune intrusion humaine, un intérêt faunistique et floristique remarquable, et une gestion du parc de grande qualité. Une fois le parc labellisé, un contrat est signé avec ses gestionnaires, et une stratégie de développement du tourisme durable est mise en place. Des contrats sont également conclus avec des prestataires touristiques locaux pour qu’ils s’engagent à respecter l’environnement et à collaborer avec les autorités du parc. Pour s’assurer du succès de la stratégie, les communautés et instances décisionnelles de la région sont impliquées tout au long du processus, et les atteintes portées à la nature sont de fait réduites. Enfin, l’importance de la qualité des prestations touristiques fournies et de la satisfaction du visiteur est soulignée.

Le réseau Pan Parks est pour le moment composé de neuf parcs nationaux, du Paanarjarvi aux confins du cercle arctique au parc national de Majella en Italie (voir carte). Un autre parc est en cours de labellisation en Estonie, et une dizaine d’autres se sont portés candidats pour l’année en cours. Le souhait de la fondation est de voir se développer sa marque de qualité pour les parcs naturels européens, et sans doute à terme d’étendre son système de certification au monde entier. La labellisation d’un parc au Gabon est actuellement à l’étude. « L’écotourisme est un bon outil pour donner une valeur économique à la nature, et permettre d’avoir les moyens de sa protection », conclut Zoltan Kun.

Contact:

Image

Pan Parks Foundation

Adresse: PF 264, 9002 Győr,

Hongrie

Téléphone: + 36 96 433925

Site internet: www.panparks.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *