Slow travel…reprendre le temps de voyager

À l’heure où le prix de l’essence connaît une croissance sans précédent et que le réchauffement de la planète devient une priorité mondiale, les vacances sans CO2 s’imposent comme une alternative écologique et économique ! Bien sûr, il est difficile de voyager sans émettre de CO2 mais il existe de nombreuses façons de réduire ses émissions… […]

À l’heure où le prix de l’essence connaît une croissance sans précédent et que le réchauffement de la planète devient une priorité mondiale, les vacances sans CO2 s’imposent comme une alternative écologique et économique ! Bien sûr, il est difficile de voyager sans émettre de CO2 mais il existe de nombreuses façons de réduire ses émissions…

Il faut se souvenir qu’autrefois, c’est-à-dire il y a quelques dizaines d’années quand on partait en voyage, c’était pour revenir enrichi d’une nouvelle culture, de nouveaux paysages, afin d’être imprégné de la destination pendant plusieurs semaines, car à l’époque les moyens de transport étaient coûteux, peu développés et plutôt lents. Cela peut paraître obsolète, mais les gens prenaient le temps de profiter des endroits traversés et surtout de s’intéresser à la destination . Aujourd’hui, avec le développement de l’avion à bas coût, on assiste à une ruée vers les destinations ensoleillées et les hôtels tout confort à Cancun, Phuket, ou au Sénégal, sans vraiment faire de différence ni rencontrer les locaux. La plupart d’entre nous sommes atteints d’une boulimie du voyage, désirant tout voir, le plus vite possible. Mais ces dépaysements ne sont finalement pas si dépaysants, car les hôtels se ressemblent tous au bout d’un moment.

Pour faire face à cette frénésie des voyages, le slow travel est né. Cela pourrait paraître nouveau mais en réalité il ne s’agit que de reprendre le mode de voyage des premiers vacanciers et des ethnologues. Arrêter de se dépêcher pour prendre le temps de s’imprégner d’une culture et d’un lieu. Le comprendre pour mieux l’apprécier, arrêter les préjugés, découvrir par soi-même…

Voici quelques idées pour vous habituer à penser slow travel :

· utiliser le globe terrestre comme instrument de méditation et non objet de consommation.,

· choisir de visiter une région plutôt qu’un pays, un pays plutôt qu’un continent

· ne pas planifier de « tout voir » dans cette région, mais essayer d’en découvrir le plus possible sur la vie locale en visitant les marchés, lire les journaux locaux, observer les gens, écouter leurs conversations et y prendre part, admirer les lampadaires dans la rue etc.

Anais Laguens pour voyagespourlaplanete.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *