Tour des Annapurnas : un trek à parcourir sans plus attendre !

Le seul nom de l’Himalaya fait rêver n’importe quel globe-trotter… On imagine les sommets aux neiges éternelles, la traversée de villages authentiques, les pas aux cotés des sherpas, les rencontres avec les cultures hindouistes et tibétaines. On pense bien sur au Mont Everest, qui domine le monde du haut de ses 8848m et qui fut […]

annapurna3-vplp Le seul nom de l’Himalaya fait rêver n’importe quel globe-trotter… On imagine les sommets aux neiges éternelles, la traversée de villages authentiques, les pas aux cotés des sherpas, les rencontres avec les cultures hindouistes et tibétaines. On pense bien sur au Mont Everest, qui domine le monde du haut de ses 8848m et qui fut franchi pour la 1ère fois en 1953 par Edmund Hillary et Tensing Norgay. Heureusement, nul besoin d’en faire l’ascension pour apprécier toute la magie de l’Himalaya… Le Tour des Annapurnas au Népal, option moins dangereuse, est un des treks les plus célèbres et les plus appréciés du monde. Et pour cause, une variété de panoramas saisissants et changeants s’offre aux yeux du randonneur, avec des sommets majestueux dont l’Annapurna qui culmine à 8091m, des cascades, des rizières en terrasses, des forêts… La randonnée parcourt une distance approximative de 230 km, avec une altitude oscillant entre 800 et 5416m, où niche le fameux col de Thorung. Elle est généralement effectuée entre 15 et 20 jours. Mais celle qui fut maintes fois élue « meilleure randonnée longue distance du monde » commence à connaitre les revers de sa médaille. Les Annapurnas attirent chaque année de plus en plus de randonneurs, débutants ou avertis, qui souhaitent parcourir tout ou partie du massif. Afin de s’adapter aux besoins de ces visiteurs, une longue route traversée par des jeeps reliant plusieurs étapes continue d’être construite, altérant ainsi la sensation de sérénité et de virginité qu’ont pu connaitre les premiers randonneurs. Certes, cela permet à certains voyageurs aux capacités physiques plus limitées d’accéder à cette randonnée mythique mais on peut s’inquiéter de la vitesse de construction et de l’expansion de ces routes. Ici, chacun a sa part de responsabilité : prendre le temps nécessaire pour sillonner cette randonnée mythique sans se presser ni brûler les étapes permettrait de prouver qu’il n’y a nul besoin d’en modifier le parcours. Virginie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *